Dorez en toute sérénité

Comment hâlez-vous? Il y a celles qui veulent parader bronzées dès le premier jour et celles qui rougissent au premier rayon. Et pour chacune, selon sa relation aux UV, la (bonne) attitude à adopter.

Je ne bronze pas, je rougis
Un orteil ou le bout du nez dehors et, hop, c’est le flash? Cohabiter avec le soleil, ça se bosse. Et mieux vaut éviter de le fuir: pour que la sensibilité cutanée soit atténuée, il faut stimuler les capacités d’adaptation de la peau, progressivement. Pour acclimater les teints clairs, «l’idéal est de commencer par de petites expositions en ville (d’une balade dans le parc au dîner en terrasse), bien protégée et avec un soin préparateur», suggère Isabelle Benoit, directrice de l’innovation scientifique des Laboratoires Esthederm. Très sensible? On mise sur un soin spécifique destiné au traitement des intolérances solaires qui «désensibilise» la peau en laissant passer la juste dose d’UV. A commencer deux semaines avant de filer en vacances.
La solution pour faire illusion? La crème solaire teintée, dont les nouvelles formules hydratent et luttent contre le photo-vieillissement. Si l’on reste en ville, on évite ainsi de cumuler crème solaire, soin et fond de teint. Autre option si on fuit le soleil: les brumes ou BB pour le corps, antitransfert, qui tiennent toute la journée et donnent un hâle doré en instantané, sans autobronzant.

Je suis tout le temps dans l’eau
Silhouette sculptée par les cours de paddle, crinière de surfeuse patinée par le sel et le soleil: en se glissant dans les ondes, on oublie souvent de se crémer… Or, l’eau diminue le potentiel protecteur des filtres solaires à chaque baignade. Pire encore: 60 % des UVB et 85 % des UVA atteignent un nageur dans l’eau à une profondeur de 50 cm. Mieux vaut vérifier que son soin anti-UV est water-resistant, c’est-àdire qu’il peut résister à deux bains de 20 min, pas plus. Passé ce délai, on pense à le réappliquer aussitôt – surtout si on s’est séchée à la serviette entre-temps. La solution: investir dans un soin waterproof hybride (efficace sur peau sèche comme mouillée) ou doté de super pouvoirs (avec niveau de protection UV renforcé au contact de l’eau et de la transpiration). On n’en a pas sous la main? En cas d’extrême nécessité, on peut miser sur une huile solaire dont la texture, plus enveloppante, file moins dans l’eau. Ça picote à la sortie? Normal, «par effet osmotique, le sel déposé sur la peau attire l’eau située dans l’épiderme», explique le Dr Deshayes. Le remède: se rincer à l’eau claire après chaque bain. Et, par mesure de précaution, embarquer une bouteille d’eau du robinet (pour éliminer le sel sur le corps) et un spray d’eau thermale (moins agressif ) pour le visage.

1. Eau Thermale peaux sensibles, La Roche-Posay, CHF 11.50, www.fr.laroche-posay.ch.
2. Face Protect & Care visage, SPF 30, Daylong, CHF 26.90, www.daylong.ch.
3. Sun Crème visage, CC Cream teintée, SPF 50 +, Eucerin, CHF 29.90, www.eucerin.ch.
4. Fluide solaire Wet or Dry SPF 30, Biotherm, CHF 41.–, www.biotherm.ch.
5. Lait protecteur Expert Solaire Wet Force, SPF 50, Shiseido, CHF 47.–, www.shiseido.ch.
6. Lait solaire de soin en roll-on, SPF 30, Nivea Sun, CHF 6.50, www.nivea.ch.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire